Cancers viro-induits chez le transplanté

Le risque de développer un cancer après transplantation d’organe est augmenté. Les antécédents familiaux et personnels du receveur ainsi que les facteurs de risque classiques connus de la population générale chez le receveur sont très importants à prendre en compte mais cette augmentation d’incidence est en très grande partie liée aux traitements immunosuppresseurs administrés pour prévenir le rejet de greffe. L’incidence globale de cancers dans la population des transplantés rénaux varie, en fonction des études, des populations étudiées et de la durée du suivi, de 2,3 à 31%. Chez les receveurs transplantés depuis moins de 3 ans l’incidence est de 7,4% (en excluant les cancers cutanés) et passe pour les patients transplantés depuis plus de 20 ans entre 35 et 50 %. Au delà de 30 années de transplantation, dans le registre de l’ANZDATA, 75 % des receveurs présentent au moins un cancer cutané et 33% un cancer profond.

Recommandation

Auteur(s) : Dr Sabine VIEILLOT, Dr David AZRIA
Date de dernière mise à jour : 2011

Information professionnelle

Auteur(s) : Pr Jacques DANTAL
Date de dernière mise à jour : 2012
Auteur(s) : C. Antoine
Date de dernière mise à jour : 2003
Auteur(s) : Pr Jacques DANTAL
Date de dernière mise à jour : 2014

Ce contenu vous a été utile ?

Note :

0 commentaires

Note moyenne :

0 commentaires sur la ressource Cancers viro-induits chez le transplanté – Cancers rares

Effectuer un commentaire

Les commentaires font l'objet d'une modération. Le Réseau Espace Santé-Cancer Rhône-Alpes se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il l'estime non conforme à sa politique éditoriale, en particulier, les messages traitant de questions de santé personnelle ou portant un jugement sur une personne morale ou physique (professionnel de santé ou autre).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.